FAITES UN DON TROUVEZ UNE BANQUE ALIMENTAIRE

Coup de projecteur – Marjorie Bencz

Nous souhaitons toujours en apprendre davantage sur les personnes qui travaillent dans les banques alimentaires du Canada! Ce mois-ci, nous braquons les projecteurs sur  Marjorie Bencz de la Edmonton Food Bank.

Quel est votre rôle dans le réseau des banques alimentaires? 
J’ai le privilège d’être la directrice générale de l’Edmonton Gleaners Association, soit la banque alimentaire d’Edmonton. 

Décrivez votre journée de travail typique en un mot. 
Chaque jour est « unique », apportant son lot de nouveaux défis et de nouvelles possibilités. 

Qu’est-ce qui vous a motivée à travailler dans les banques alimentaires?
Avant de travailler pour la banque alimentaire, j’ai été une bénévole active dans la communauté. J’ai commencé à faire du bénévolat à la banque alimentaire, car je voulais aider les gens vivant dans la pauvreté et en apprendre davantage sur le sujet. 

Quelle est votre plus grande réalisation dans votre poste actuel?
Mon œuvre continue auprès des Canadiens et des Canadiennes a été reconnue à l’échelle nationale en 2006 lorsque j’ai été investie de l’Ordre du Canada dans la catégorie du Service social. Je crois que cette reconnaissance n’est pas pour mon travail, mais plutôt pour le soutien que m’apportent mes compatriotes d’Edmonton, de l’Alberta et du Canada pour réduire la faim dans nos communautés.  

Quel est le plus grand défi que vous devez surmonter dans votre poste actuel? 
La COVID-19 et ses effets continus sur les activités de la banque alimentaire, sur l’économie, sur les personnes que nous aidons et sur nos communautés. 

Si vous pouviez faire un seul vœu pour régler le problème de la faim au Canada, quel serait-il?
Les banques alimentaires du Canada n’ont jamais été conçues pour être les complices non rémunérées et sous-financées des politiques sociales inadéquates du fédéral et du provincial. Nous devons nous assurer que toute la population du Canada a un revenu suffisant. La pauvreté est un enjeu complexe. 

La faim a une dimension morale, donc nous devons nous engager à améliorer la santé et le bien-être des autres. Après tout, les banques alimentaires ne peuvent pas vraiment remplacer les politiques qui permettent aux gens vulnérables d’entrer sur le marché du travail ou d’avoir accès à un soutien du revenu ou à des logements à loyer modique pour qu’ils puissent vivre dans la dignité. 

Autrement dit, nous avons du pain sur la planche.

Quel talent aimeriez-vous le plus avoir? 
Savoir bien écrire… 

Si vous pouviez remonter le temps et vous donner un conseil à vous-même, quel serait-il?
Arrête de t’en faire… profite plus de la vie. 

Qui sont vos héros? (fictifs ou réels)
Les bénévoles des banques alimentaires… ce sont des gens qui font le gros du travail avec humour, respect et compassion. 

Quelle est votre conception du bonheur? 
Une belle longue promenade avec mon chien ou une balade tranquille à cheval. 

Quelle est votre devise?
« L’expérience est ce que nous gagnons quand nous n’avons pas atteint ce que nous souhaitions. » J’ai beaucoup d’expérience. 😊 

Apprenez-nous un fait inusité à votre sujet.
Je ne mange pas de poulet… c’est une longue histoire… 

Quelle chanson vous représente le mieux?
Je n’en ai pas vraiment… 

Vous connaissez une banque alimentaire ou un acteur du milieu que nous pourrions mettre en vedette dans le prochain Coup de projecteur? Écrivez-nous à communications@foodbankscanada.ca